Copies non-conformes

le 21 mai 2013 par Arnaldo, Catégorie : SCIENCES [ 0 ]

 

Les clones ne sont pas des copies conformes et d'ailleurs, le 1er animal cloné n'était pas la brebis Dolly en 1996, mais une carpe en 1963...

 

 

Seul le matériel génétique du noyau est transféré lors d'un clonage. L'ADN mitochondrial reste celui de la cellule réceptrice tout comme la machinerie nécessaire à la transcription de l'ADN pendant les premières phases du développement embryonnaire.

Une autre source de variation est la régulation épigénétique. L'épigénétique conserve une même séquence ADN mais en modifiant l'expression de certains gènes en régulant la condensation de l'ADN (modifiant la production de protéines entre autres effets), ceci permet par exemple aux différentes cellules humaines de devenir des cellules différenciées sans modifications de leur séquence ADN.De même, des facteurs environnementaux peuvent modifier le devenir des embryons.

En pratique les animaux clonés diffèrent sur plusieurs paramètres et sont moins ressemblants que de vrais jumeaux monozygotes (ayant le même patrimoine génétique). Cela est particulièrement visible en cas d'animaux tachetés, les taches du clone n'ayant pas de raison particulière de se trouver à la même place, marquant de façon visible que les deux animaux sont différents.

 

Maintenant, en ce qui concerne Dolly, tout le monde a plus ou moins suivi la naissance du soit-disant 1er animal cloné !!

En réalité, Un an après une tentative de clonage de grenouille controversée en 1962, le scientifique et embryologiste chinois Tong Dizhou réussit le clonage artificiel d’une carpe en 1963. Les résultats de ses travaux, publiés dans une revue scientifique chinoise, ne furent pas traduits à l’époque et l’information passa inaperçue en Occident. Aujourd’hui, il est notoirement admis par la communauté scientifique que Tong Dizhou est le pionnier du clonage animal.

 

Cette technique a permis de cloner les animaux suivants :

  • Carpe : 1963, premier clone artificiel issu de cette technique.
  • Dolly, une brebis, premier mammifère cloné en 1996 (et née le 5 juillet 1996) à partir d'une cellule spécialisée. Elle mourut en 2003 d'une maladie pulmonaire qu'ont les brebis normalement à 11 ou 12 ans.
  • « Cumulina », une souris clonée en 1997.
  • « Marguerite », une vache, clonée par l'INRA en 1998.
  • « Millie », « Christa », « Alexis », « Carrel » et « Dotcom », 5 petits cochons, clonés en mars 2000.
  • « Noah », un Gayal (une espèce de bœuf sauvage, premier clone d'animal en voie d'extinction), en janvier 2001.
  • taureauxmars 2001.
  • « Carbon Copy », ou Copie carbone un chat, cloné fin 2001.
  • souris : 2002.
  • Six lapins, clonés en 2002 par l'INRA.
  • « Idaho Gem », « Utah Pioneer », « Idaho Star », trois mules, clonées en 2003.
  • daim : 2003.
  • « Prometa », une jument, clonée en 2003.
  • « Ralph », le rat, cloné en 2003.
  • drosophile : 2004.
  • « Little Nicky », en 2004, un chat, premier clone produit à but commercial.
  • Le docteur Hwang annonce avoir cloné la première cellule humaine, mais quelques mois plus tard il est obligé d'avouer la supercherie.
  • « Snuppy », un chien, cloné en 2005 en Corée du Sud par le controversé docteur Hwang.
  • « Paris Texas », un cheval, cloné en 2005.
  • Le premier primate est cloné en 2007.
  • Une souris congelée depuis 16 ans à -20 °C est clonée : treize souriceaux ont vu le jour en 2008.
  • « Injaz », le premier dromadaire, est cloné le 8 avril 2009.
  • Le professeur sud-coréen Park Se-Pill clone en 2010 une cellule congelée d’une vache noire aujourd’hui décédée.
  • Des coyotes en 2011 en Corée du Sud par le controversé docteur Hwang.

 

Toutes ces expériences ont montré que le clonage des mâles est en général plus délicat que celui des femelles. De plus, pour des raisons encore inconnues, seuls 5 à 10 % des œufs fabriqués et réimplantés produisent des clones viables ou en bonne santé apparente. On ne comprend pas non plus pourquoi certaines cellules d'un organisme se clonent mieux que d'autres.

Un second pas est franchi avant le nouveau millénaire par le clonage de seconde génération (obtention d'organismes clonés à partir d'autres organismes clonés) sur des souris, puis un taureau.

En 2007, il existe près d'un millier de cochons clonés et près de 3 000 bovins.

 


à voir aussi :

 

« Nomina si nescis, perit et cognitio rerum.
Si l'on ignore le nom des choses, on en perd aussi la connaissance. »

— Citation de Linné en 1755.

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Capcha
Entrez le code de l'image : 

Catégories

Derniers commentaires

Archives