Heure d'été

le 03 avril 2013 par Arnaldo, Catégorie : SCIENCES [ 1 commentaire ]

 

On lit souvent que le changement d’heure a été instauré en France à la suite du choc pétrolier de 1973-1974 pour permettre des économies d’énergie. Des recherches plus approfondies nous permettent de tordre le cou à ces deux certitudes !

 

 

L'idée est en réalité plus ancienne.


En 1784, Benjamin Franklin évoque pour la première fois dans le quotidien français Le Journal de Paris la possibilité de décaler les horaires afin d’économiser l’énergie. L’idée reste cependant sans suite et n’est reprise qu’à partir de 1907 par le Britannique William Willet qui démarre une campagne contre « le gaspillage de la lumière ».

 

L’Allemagne est la première à instaurer ce changement d’heure en 1916, rapidement suivie par les Anglais. 


En France, l’heure d’été a été proposée par le député André Honnorat en 1916, puis instituée par une loi en 1917 avant d’être finalement abandonnée en 1945. C’est avec le fameux choc pétrolier de 1973 qu’elle a été rétablie, en 1976.

 

Economies d'énergie : mythe ou réalité ?


Un rapport remis au Sénat en 1997 a démystifié le sujet, mettant en lumière trois arguments :

  • la fourniture d'électricité, en grande majorité d'origine nucléaire, n’est pas soumise à une fluctuation de cours, ne dépend de fournisseurs étrangers, et s’avère non stockable.
  • 1,2 milliard de kilowatts-heure : économie qui ne représente qu'une infime fraction (de l'ordre de 0,5 %) de la consommation française.
  • l'heure gagnée le soir en éclairage artificiel serait largement compensée par les dépenses énergétiques induites le matin pour l'éclairage et le chauffage, sans compter les dépenses de climatisation les soirs de grande chaleur…L’usage grandissant des lampes à basse consommation réduirait encore l'écart de consommation.

à voir aussi :

 

« Nomina si nescis, perit et cognitio rerum.
Si l'on ignore le nom des choses, on en perd aussi la connaissance. »

— Citation de Linné en 1755.

1 commentaire

jeudi 18 avril 2013 à 19:25 5qm a dit : #1

un petit complément : http://www.senat.fr/rap/r96-13/r96-132.html

- perturbation des rythmes biologiques (augmentation de la consommation de tranquillisants, troubles de l'appétit - capacité de travail - humeur, etc.)

- chrono-rupture et conséquences sur le secteur agricole, les hôpitaux, les crèches, les écoles, etc.

++

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Capcha
Entrez le code de l'image : 

Catégories

Archives