Pour la 100ème parlons de pourcentages...

le 13 octobre 2012 par Arnaldo, Catégorie : DESINFORMATION [ 0 ]

 

50 couples qui se marient sur 100, divorcent...

 

Aujourd'hui, pour la 100ème, interessons-nous aux chiffres du divorce et manipulons un peu les statistiques.

 

Le divorce représente actuellement une peur bien ancrée dans notre société moderne. À tel point que l’objectif principal affiché par les jeunes mariés c’est « de durer », le divorce représentant l’échec suprême pour un couple. Et tous les journaux et reportages TV d’annoncer gravement que l’on divorce de plus en plus, et que plus d’un mariage sur deux (ou un sur trois selon certaines sources) se terminerait par un divorce. Qu’en est-il vraiment ? Ce chiffre de « 1 sur 2 » se base sur le rapport entre le nombre de divorces prononcés chaque année et le nombre de mariages célébrés dans la même année.

 

Selon les chiffres officiels de l’institut national d’études démographiques (INED), il a été célébré 245 334 mariages en 2010 en France contre 288 255 en 2001, ce qui indique que l’on se marie donc moins qu’avant. Cette même année 2010, on enregistrait 130 810 divorces, chiffre en progression constante depuis de nombreuses années. La tentation est grande de diviser le second chiffre par le premier et d’en conclure que le taux de divorce est de 53 %.

 

Eh bien je vous l'annonce, le chiffre que l’on vient de calculer ne représente pas le taux de divorce des Français !

 

En effet, la définition du taux de divorce selon l’INSEE est la suivante : le rapport du nombre de divorces prononcés dans l’année à la population totale moyenne de l’année. L’INED indique que ce taux est de 2,1 pour 1000 pour 2008, et de 10 pour 1000 si l’on ne tient compte que des couples mariés.

 

En outre, en divisant le nombre de divorces par le nombre de mariages, on n’obtient jamais qu’un indicateur conjoncturel (d’ailleurs sans grand intérêt) et pas une statistique sur la probabilité de divorcer. Ne serait-ce que parce que les divorcés de 2008 ne sont pas nécessairement les mêmes qui se sont mariés cette année-là (en tout cas, on l’espère pour eux). Dans ce calcul erroné, on confond flux et stock.

 

On peut le démontrer en poussant le raisonnement suivi par l’immense majorité des journalistes jusque dans ses limites. Ainsi, sachant qu’il y a environ 12 millions de couples mariés en France, rien n’interdit a priori que 500 000 divorces aient pu être prononcés en 2009. Rapportés aux 250 000 mariages de cette même année, on en déduirait donc que 10 mariages sur 5 se terminent par un divorce. Ce qui est bien évidemment totalement absurde.

 

Pour obtenir une statistique annuelle sur la probabilité de divorcer, il faut diviser le nombre de divorces de l’année (le flux) par le nombre total des couples mariés pour cette même année (le stock). Ainsi, en 2009, le vrai chiffre du divorce était:

127 578 divorces / 11 779 000 couples mariés = 1,08 %.

 

Voilà qui devrait rassurer ceux qui hésitent à passer à l'acte, tout en leur rappelant malgré tout que le mariage reste la principale cause de divorce.

 


à voir aussi :

 

« Nomina si nescis, perit et cognitio rerum.
Si l'on ignore le nom des choses, on en perd aussi la connaissance. »

— Citation de Linné en 1755.

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Capcha
Entrez le code de l'image : 

Catégories

Archives