Lumière au litre

le 19 novembre 2012 par Arnaldo, Catégorie : MONDE [ 0 ]

 

S'éclairer sans électricité c'est possible !

 

 

S'éclairer à l'intérieur, c'est aussi nécessaire en plein jour. Pour des populations défavorisées qui n'ont pas accès à l'électricité du fait du manque d'infrastructure ou par manque de moyen face au coût des équipements et de l'énergie il existe une solution originale et peu coûteuse.

Une invention brésilienne, de l'ingénieur Alfredo Moser, apparemment toute bête mais qui présente de nombreux avantages est désormais déployée notamment dans le bidonville San Pedro à Manille (Philippines).

Il suffit de se munir d'une bouteille en plastique vide d'1,5 ou 2 litres que l'on va remplir d'eau filtrée à laquelle on ajoute un peu d'eau javel afin d'éviter le développement de micro-organismes et de garantir ainsi la transparence du liquide. Cette bouteille est ensuite fixée à un morceau de toiture qui est collé sur le toit préalablement pré-découpé aux dimensions de la bouteille.

Par réfraction, la lumière du soleil va permettre d'obtenir la même intensité lumineuse qu'une ampoule de 50 watts à l'intérieur. Les bouteilles sont ainsi recyclées sur place et permettent d'économiser de l'électricité souvent produite dans ces pays en développement (PED) à partir de ressources fossiles et notamment de charbon.

 

Illac Diaz, porteur du projet aux Philippines et fondateur de l'ONG MyShelter estime l'économie de CO2 à 17 kilos par an et par ampoule. Pas neutre quand on sait que 200 000 foyers devraient en être équipés dans les prochains mois aux Philippines. Illac Diaz vise l'installation à terme d'1 million de ces ampoules ce qui équivaut selon lui au bénéfice environnemental de l'installation d'une éolienne onshore.

La simplicité de mise en place du dispositif, son impact sur l'économie locale à travers les économies réalisées par les foyers et la naissance du métier d'installateur de bouteilles font du projet pilote des Philippines un véritable hit au niveau mondial. L'effet combiné des réseaux sociaux et d'une vidéo de présentation de la méthode sur Youtube ont d'ores et déjà conduit à l'installation de ces ampoules d'un nouveau genre au Vietnam, au Népal, en Inde, en Afrique du Sud, au Mexique et en Colombie.

Il n'y a pas de raisons que cette excellente idée s'arrête en si bon chemin.

 

 

Pour en savoir plus : ONG MyShelter Foundation : 


à voir aussi :

 

« Nomina si nescis, perit et cognitio rerum.
Si l'on ignore le nom des choses, on en perd aussi la connaissance. »

— Citation de Linné en 1755.

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Capcha
Entrez le code de l'image : 

Catégories

Derniers commentaires

Archives