Où sont les femmes ?

le 01 août 2012 par Arnaldo, Catégorie : MONDE [ 2 commentaires ]

 

Selon la légende (ou les hommes !!), les femmes seraient surnuméraires dans le monde et en particulier en France....

 

N'avons-nous pas déjà entendu dire que les femmes sont plus nombreuses, qu'en France il y a 1 homme pour 5 femmes. J'ai même ouï dire qu'en Alsace c'était 7 femmes pour un homme (source Teochoche !!)...

La vérité est tout autre !!

Il y a à peu près le même nombre de femmes que d’hommes sur Terre. Mais dans le détail, il y a légèrement plus d’hommes : 102 hommes pour 100 femmes (en 2010). De façon encore plus précise, sur 1000 personnes, 504 sont des hommes (50,4 %) et 496, des femmes (49,6 %). Il naît un peu plus de garçons que de filles : 107 garçons pour 100 filles. Mais les garçons meurent plus que les filles ; c’est vrai dans l’enfance, mais aussi à l’âge adulte. Il arrive donc un âge où les hommes et les femmes sont en nombre égal : en France, c’est à 25 ans (en 2010). Au-delà de cet âge, ce sont les femmes qui sont plus nombreuses, l’écart se creusant avec l’âge.

Le sex-ratio désigne le taux comparé de femmes et d'hommes au sein de la race humaine. Dans la plupart des pays du monde, le nombre de femmes est légèrement plus élevé que celui des hommes, pour des raisons naturelles, mais aussi sociologiques. Dans d'autres, on élimine délibérément les jeunes filles à naître ou même déjà nées, pour préférer des garçons. Ce qui déséquilibre la démographie et pénalise l'avenir.
 

Dans les pays où les femmes sont plus nombreuses que les hommes, le déséquilibre provient de plusieurs facteurs :

  • naissances masculines plus nombreuses, mais résistance physique féminine plus importante dans les deux premières années de vie. Les jeunes garçons meurent plus souvent avant les deux ans ;
  • mortalité des jeunes hommes plus importante au moment de l'adolescence et à l'âge de jeunes adultes, souvent par des comportements dangereux ;
  • durée de vie des femmes plus longue.

Dans les pays où les hommes sont plus nombreux, ces facteurs de déséquilibre sont souvent les mêmes que dans les autres pays. A cela s'ajoute la volonté pour de nombreux parents d'avoir un garçon au lieu d'une fille pour des raisons pécuniaires la plupart du temps. En effet, en Inde ou en Chine, deux pays dont le poids démographique (36% de la population du globe) entraîne le mouvement au niveau mondial, avoir une fille signifie des contraintes financières parfois imposantes.

C'est donc sous le couvert "culturel", ou "traditionnel" ou "religieux" que l'on tente par tous les moyens d'éliminer physiquement les petites filles. Soit avant leur naissance en faisant avorter les futures mamans, soit après, en les faisant brutalement disparaître par infanticide. Ainsi, chaque année, des millions de fillettes sont manquantes à l'appel dans ces pays.
Et les jeunes hommes se retrouvent par dizaines de millions à ne pas trouver de femme une fois en âge de fonder une famille. Ils ne feront à leur tour pas d'enfants. De leur côté, bien entendu, les femmes étant moins nombreuses, elles ne peuvent ensuite compenser le déficit de naissances, qui s'aggrave ainsi.


En France, il nait 105 garçons pour 100 filles, puis l'équilibre se "rétablit" dans les années qui suivent, vers les 30 ans en moyenne. Le pays a ainsi environ 50.5 femmes pour 49.5 hommes au total. En Chine, 120 garçons naissent pour 100 filles. Sauf que sur le nombre, des centaines de millions, ce déséquilibre prend aussitôt des proportions dramatiques.

Mais ce n'est pas tout. En Inde, certaines zones rurales sont peuplées de... 400 hommes pour 100 femmes !


Où l'on voit tout de suite que ces 300 hommes en "excédent" ne trouveront de toute façon pas sur place une femme pour fonder leur famille. Il leur faudra alors partir et grossir les rangs de ceux qui peuplent les grandes villes du pays, où le déséquilibre s'installe finalement. S'instaure alors au sein de la gente masculine une concurrence féroce pour trouver une femme, et ceux qui perdent à ce cruel jeu se retrouvent désespérés et sans avenir.

Un changement des comportements extrêmes comme ceux-ci est à engager dans ces pays, au moment où ils prennent enfin leur place au sein des grandes nations de ce monde.

 


Sources :


à voir aussi :

 

« Nomina si nescis, perit et cognitio rerum.
Si l'on ignore le nom des choses, on en perd aussi la connaissance. »

— Citation de Linné en 1755.

2 commentaires

mercredi 01 août 2012 à 18:36 Teochoche a dit : #1

toute cette masturbation des chiffres me fait mal à la tête

une seul chose à retenir en rouge

Psychologie .com

Pourquoi cette impression qu’il y a plus de femmes seules que d’hommes ? C’est parce qu’elles sont citadines, réussissent professionnellement et n’ont pas peur d’être vues !
« En effet, elles sont plus nombreuses en haut de l’échelle sociale, quand les hommes sont plus nombreux en bas et évoluent plutôt dans les milieux ruraux », analyse le sociologue Jean-Claude Kaufmann. Les chiffres le confirment : dans les professions intellectuelles supérieures, les hommes célibataires sont 11,8 %, les femmes sont 19,2 %. Au niveau des employés, les hommes seuls sont 12,7 % et les femmes sont 9,2 %.

mercredi 08 août 2012 à 15:08 5qm a dit : #2

@teochoche

les chiffres développées en contre-argumentaire ne permettent malheureusement pas de valider l'assertion "elles [ les femmes ] sont plus nombreuses en haut de l’échelle sociale, quand les hommes sont plus nombreux en bas et évoluent plutôt dans les milieux ruraux" :

> "dans les professions intellectuelles supérieures, les hommes célibataires sont 11,8 %, les femmes sont 19,2 %"

- cela ne renseigne en rien sur le nombre réel de femme ni d'homme concerné. Tout au plus, cela nous dit que les hommes ont plus tendance à être mariés que les femmes lorsque leurs professions est "dîte" de type intellectuelle supérieure.

Une bonne source pour relever le malaise de la condition féminine : "observatoire des inégalités" > http://www.inegalites.fr/spip.php?rubrique114&id_groupe=15

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Capcha
Entrez le code de l'image : 

Catégories

Archives