Pierre de Coubertin

le 08 août 2012 par Arnaldo, Catégorie : HISTOIRE [ 1 commentaire ]

 

Le père peu présentable des Jeux Olympiques

 

 

Les jeux olympiques de Londres nous offrent l'occasion de voir quelques 10 490 athlètes de 196 nations différentes se livrer durant une quinzaine de jours à une compétition pacifique dans le cadre de 26 sports différents. Les jeux seront clairement perçus par plus de 4 milliards de téléspectateurs comme une immense apologie de la fraternité humaine. Mais au delà des flonflons et autres manifestations de joie, les jeux olympiques sont-ils réellement ce qu'ils prétendent être ?

Pour y voir plus clair plongeons dans leurs origines. Les jeux modernes n'existent en fait que depuis 108 ans, Pierre Freddy, Baron de COUBERTIN, leur instigateur aristocrate Français né en 1863, grand admirateur des civilisations grecques, se met en tête, après un passage en Angleterre de restaurer l'antique tradition des jeux olympiques, abolie par l'empereur Théodose en 394 après J.C. Bien que les discours actuels affirment que les valeurs olympiques prônées par Coubertin étaient celles du respect et de la courtoisie entre les peuples, la réalité est en fait bien moins reluisante.

L’«inventeur» des JO modernes fut gavé d'idées émanant d'auteurs tels que le naturaliste Francis Galton qui s'efforça toute sa vie de démontrer l'inégalité des races humaines, ou du non moins connu diplomate Français, Joseph comte de Gobineau, l'inspirateur de l'idéologie nazie (Essai sur l'inégalité des races humaines). Coubertin ne cacha pas de son vivant, ses idées ouvertement racistes et misogyne. 

Néanmoins en 1894, après des années d'obstination, il parvint à rassembler autour de lui, les responsables de 12 pays afin de remettre au goût du jour les jeux olympiques antiques. Deux ans plus tard, en 1896, la première olympiade a lieu à Athènes. Pour Coubertin, il s'agissait de magnifier aux yeux du monde la supériorité de l'Occident, et surtout de prouver dans le cadre des jeux, la perfection de "l'homme blanc", autant sur le plan physique que spirituel. Pour Coubertin, la beauté des corps répondant à l'antique esthétique des athlètes grecs ne pouvait se retrouver que chez des compétiteurs Européens. Cette supposée perfection européenne devait donc se manifester de façon éblouissante par une supériorité de performances, cela au détriment des autres "races" considérées comme inférieures.

« À la race blanche, d'essence supérieure, toutes les autres doivent faire allégeance », se plaisait à alléguer sentencieusement notre preux humaniste de Coubertin, sûr de son fait. Sa vision on ne peut plus simpliste des peuples de la planète ne faisait guère place à la demi mesure : « Il y a deux races distinctes : celles au regard franc, aux muscles forts, à la démarche assurée et celle des maladifs, à la mine résignée et humble, à l'air vaincu. Hé bien ! C'est dans les collèges comme dans le monde : les faibles sont écartés, le bénéfice de cette éducation n'est appréciable qu'aux forts. » (In « Education anglaise »).

Voici le véritable cadre idéologique de la renaissance des jeux Olympiques modernes : Les femmes interdites d'accès, les Nègres, Indiens et autres métèques tolérés  dans le rôle de faire valoir. On retiendra d'ailleurs que pour la troisième olympiade de 1904 à St Louis (USA), les compétitions furent organisées séparément, ceci en fonction de la "race"  des compétiteurs. Les organisateurs américains considéraient en effet les Pygmées, Turcs, Syriens et autres Sioux comme des trublions exotiques, indignes d'être comparés à la fine fleur de l'athlétisme WASP (suprématie anglo-saxonne blanche).  Quant à Coubertin, malgré le succès grandissant  des J.O modernes, il ne cessa de tempêter contre le laxisme ethnique des jeux et surtout l'éventuelle participation des femmes aux Olympiades. Il y voyait un affront majeur à la grandeur et à la pureté originelle de cette compétition. Néanmoins, la pression grandissante des mouvements féministes au cours des années 20 eut raison des règlements désuets et machistes du comité international olympique, si bien qu'en 1928, aux jeux d'Amsterdam, et contre l'avis de Coubertin bien sûr, les femmes, au nombre de 290, firent leur entrée triomphale aux épreuves d'athlétisme.

Écoeuré, Coubertin s'éloigne  du comité Olympique international, pour se rapprocher de celui de l'Allemagne, selon lui plus proche de l'idéal Olympique. Les jeux de Berlin, en 1936 sont censés  célébrer aux yeux des autorités Allemandes et du monde, la supériorité de la race Germanique. Hitler va jusqu'à faire pression pour que les Noirs et les Juifs ne participent  pas aux jeux, ce que lui refuse le président du Comité Olympique de l'époque. Cruelle ironie de l'histoire, les jeux n'auront cependant d'yeux que pour un seul homme, un Noir du nom du  Jesse Owens, que l'histoire retiendra d'ailleurs comme le premier athlète à  remporter quatre médailles durant la même olympiade.

Ulcéré Hitler quitte le stade et… Coubertin meurt l'année suivante (n'y voyez cependant pas de liens de cause à effet).  

Coubertin est devenu au fil des années un personnage insaisissable, tant ses idées semblent à l'opposé du discours actuel du Comité olympique international. Bien que son nom soit  fréquemment évoqué durant la trêve olympique, il ne l'est le plus souvent qu'à titre purement anecdotique ou "folklorique". On se gardera bien de trop "touiller" dans la vie et les idées du père fondateur, de peur qu'il ne s'échappe  d'inavouables miasmes.

Le mythe des origines doit rester immaculé chacun l’aura compris. Devenue une gigantesque entreprise marketing, les JO modernes, s'évertuent désormais  à présenter  leur père fondateur, Pierre Freddy, Baron  de Coubertin sous des dehors des plus rutilants, mais l'histoire demeure pour qui prend le temps de s'y intéresser...

 


 

Les 30es Jeux olympiques, organisés du 27 juillet au 12 août dans la capitale anglaise, constitue un rendez-vous planétaire. Tour d'horizon en chiffres du plus gros événement sportif au monde.

  • Organisation

- 11 millions de billets ont été émis pour les Jeux olympiques et les jeux paraolympiques, dont 6,6 millions pour des spectateurs britanniques.
- 2 millions de visiteurs sont attendus à Londres pour les JO, selon le secrétaire d'État en charge des Jeux, Hugh Robertson.
- 200 000 salariés, bénévoles et contractuels ont été nécessaires pour préparer les Jeux.
- 12 800 km parcourus par la flamme olympique autour du Royaume-Uni.
- Près de 8 000 relayeurs pour porter la flamme olympique, avec une moyenne quotidienne de 115 coureurs.
- 9,3 milliards de livres (11,6 milliards d'euros) ont été dépensés pour l'organisation des Jeux. C'est presque quatre fois le coût prévu au moment où la candidature de Londres avait été acceptée, en 2005.
- Le budget prévu pour la sécurité est estimé à 690 millions d'euros.
- 34 sites sont prévus au Royaume-Uni pour les JO, dont neuf dans le parc olympique lui-même, situé dans l'est de Londres.

 

  • Parc et village olympique

- Le village olympique est composé de 11 immeubles abritant 2 818 appartements, pour une surface habitable de 250 000m2.
- Le village olympique est équipé de 16 000 lits, 9 000 armoires et 11 000 canapés.
- Plus de 25 000 pains, 232 tonnes de pommes de terre, 75 000 litres de lait et 330 tonnes de fruits et légumes seront servis au village olympique.
- Le stade olympique contient 4 salles de prière.
- Le parc olympique s'étend sur 246 hectares, où 30 nouveaux ponts ont été construits

 

  • Épreuves

- 26 sports et 302 épreuves à médailles dont 2 nouvelles : le double mixte en tennis et la boxe féminine.
- 10 490 athlètes vont concourir.
- 150 scientifiques analyseront les prélèvements réalisés dans le cadre du programme de lutte contre le dopage.
- Un nombre record de 6 250 contrôles antidopage est prévu, soit près 600 de plus que lors des précédents Jeux de Pékin.

 

  • Médias

- Plus de 21 000 représentants des médias et des sociétés de diffusion.
- 4 milliards de téléspectateurs ont suivis la cérémonie d’ouverture.
- Le centre international de radio et de télévision inclut un village de restauration de 12 000 m2 pouvant servir 50 000 repas par jour.

 

  • Divers

- 10 000 toilettes provisoires ont été installées sur les 34 sites, "de quoi suffire aux besoins de la population de Malte", proclament les organisateurs.
- 150 000 préservatifs seront à la disposition des participants dans le village des athlètes.
- 1 million d'articles de sport seront nécessaires pour ces Jeux, dont 26 400 balles de tennis, 600 ballons de basket et 6 000 cibles de tirs à l'arc.
- 70 moutons, 12 chevaux, 10 poulets, 3 vaches, 3 chiens de berger et 2 chèvres seront rassemblés pour la cérémonie d'ouverture dans le stade olympique, transformé pour l'occasion en un idyllique paysage champêtre.

 

Sources : Comité international olympique (CIO), Comité d'organisation des Jeux olympiques (Cojo), Comité national olympique et sportif français (CNOSF).

 

 


à voir aussi :

 

« Nomina si nescis, perit et cognitio rerum.
Si l'on ignore le nom des choses, on en perd aussi la connaissance. »

— Citation de Linné en 1755.

1 commentaire

mercredi 05 septembre 2012 à 10:09 Arnalod a dit : #1

Voir cet excellent article :

http://www.legrandsoir.info/sous-les-jeux-la-verite-d-une-epoque.html

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Capcha
Entrez le code de l'image : 

Catégories

Archives