Six mollets

le 18 août 2012 par Arnaldo, Catégorie : LANGUES [ 0 ]

 

Suite aux récents évènements en Egypte ou à  Mantes-La-Jolie, rappellons que l'on ne s'immole pas que par le feu.

La Rousse, ouvrage de référence nous donne la définition du verbe immoler :

  • Tuer quelqu'un, un animal pour l'offrir en sacrifice à une divinité : Immoler des victimes sur l'autel.
  • Littéraire. Faire périr quelqu'un, un groupe, concourir à la mort, au massacre d'un grand nombre de personnes : Immoler d'innocentes victimes.
  • Littéraire. Sacrifier quelqu'un, quelque chose ou les abandonner dans un esprit de sacrifice, pour satisfaire une passion, une ambition, une exigence morale : Immoler ses intérêts personnels à la défense de son pays.

On peut s'immoler par le feu, c'est le sens le plus courant du terme. Mais ce n'est en fait qu'un suicide avec tous les modes opératoires que cela comporte.

S'immoler par le feu est la façon la plus spectaculaire, car souvent elle a lieu sur une place publique. C'est un acte qui est destiné à dénoncer une situation ou à revendiquer quelque chose. Ensuite, c'est une des méthodes les plus douloureuses qu'il soit, on meurt vraiment dans d'atroces souffrances. Troisièmement, il y a un aspect sacrificiel. On offre sa souffrance au nom d'une cause, quelle soit idéologique ou psychologique, comme ce fut le cas du jeune Tunisien Mohamed Bouazizi.

Pour terminer par quelque chose de plus léger, savez-vous comment on a su que Jeanne d'Arc était pucelle ?

Il y avait un mauvais tirage....

 


à voir aussi :

 

« Nomina si nescis, perit et cognitio rerum.
Si l'on ignore le nom des choses, on en perd aussi la connaissance. »

— Citation de Linné en 1755.

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Capcha
Entrez le code de l'image : 

Catégories

Derniers commentaires

Archives